Précédent   Forum GPmoto > Grand-Prix Moto > Historiques > Grand-Prix 2004

Réponse
 
Outils de la discussion Rechercher Modes d'affichage
Résumé de la saison 2004
Vieux
  (#1)
FracK
Administrateur
World Champion!!
 
Avatar de FracK
 
Déconnecté
Messages: 11 117
Date d'inscription: February 2004
Localisation: Paris
Par défaut Résumé de la saison 2004 - 11/12/2004, 15h41

Je me suis permis de reprendre cet excelent résumé parut sur moto-live et écrit par Sandrine BOUCHARD pour CAPSIS International.

Un lien pour les news d'origine : http://moto.racing-live.com/fr/index.html



Welkom, la rentrée des classes
Novembre 2003, Valencia. Valentino Rossi, champion du monde, souffle le paddock en annonçant son départ de chez Honda. Ayant tout gagné avec la RC211V, l'Italien décide de relever l'incroyable défi de ramener Yamaha vers les sommets.

Il pose ainsi les jalons d'une saison 2004 que chacun annonce comme la plus ouverte et, probablement, la plus disputée de ces dernières années. Douze mois plus tard, le ‘Docteur' a gagné son pari et conservé sa couronne, au nez et à la barbe de ces adversaires Honda, non sans avoir dû batailler ferme.

Retour sur les seize GP du championnat du monde MotoGP 2004.

GP d'Afrique du Sud - 16-18 avril : Place à la course !
Le centre d'attraction de cette première manche de la saison est incontestablement Valentino Rossi. Le pilote et sa nouvelle équipe ont gardé profil bas tout au long de l'hiver, refusant de se fixer des objectifs trop ambitieux. La moto s'est bien comportée en essais, peut-être mieux qu'espéré, mais en sera t'il de même en course ?
Rossi annonce rapidement la couleur en s'emparant de la première pole position de la saison, devant Max Biaggi et Sete Gibernau. Le lendemain, le trio se retrouve sur le podium, dans le même ordre, au terme d'une course menée à un rythme effréné par le champion du monde. Les écarts sont conséquents et la hiérarchie se dessine : un trio de tête, des pilotes HRC en retrait, des Ducati bien pâles…

Les mots du vainqueur :« C'est la meilleure course de ma carrière. C'est une vraie surprise pour nous, pour chacun, et il est difficile d'expliquer ce que je ressens. »





GP d'Espagne – 30 avril-2 mai
Début de la saison européenne. Sur les terres de Sete Gibernau, Valentino Rossi poursuit sur sa lancée et domine la première journée. L'irruption de la pluie, le samedi, vient perturber le travail et fige le classement. Rossi empoche ainsi une deuxième pole consécutive.
La météo ne s'arrange pas pour la course, et c'est sur un circuit de Jerez détrempé que les pilotes doivent en découdre. A l'aise dans ces conditions, Gibernau mène la course de bout en bout et l'emporte. Max Biaggi et Alex Barros le rejoignent sur le podium. Rossi, moins à la fête, se contente de la quatrième place et cède les commandes du championnat à son rival espagnol.

Les mots du vainqueur : « Si je pensais être meilleur pilote que l'an passé, je me suis surpris, aujourd'hui, parce que j'ai vraiment fait un grand pas en avant. »

A souligner : la grande performance de l'Italien Michel Fabrizio. Le pilote Harris WCM, repêché par les commissaires alors qu'il n'était pas parvenu à se qualifier, a rallié l'arrivée au dixième rang.

GP de France – 14-16 mai
Les Honda sont les plus rapides à se mettre en action sur le circuit du Mans et monopolisent les premières places. Colin Edwards a pris les devants, en s'emparant de la pole provisoire, mais son équipier Sete Gibernau reprend les choses en main le samedi et domine les essais libres et la deuxième qualif. Il est accompagné en première ligne par la Yamaha de Checa et la Honda de Biaggi.
La victoire revient, pour la deuxième fois consécutive, à Sete Gibernau. L'Espagnol s'impose devant son compatriote Carlos Checa et le Romain Max Biaggi. Rossi est, à nouveau, repoussé au pied du podium, mais ce n'est pas si mal pour quelqu'un qui a bien failli ne pas prendre le départ. La Yamaha a calé au départ du tour de formation et a eu besoin d'un coup de main des mécaniciens pour finalement s'élancer.

Les mots du vainqueur :« Je me sens fort, mais je sais que je peux donner encore plus. Le meilleur, de la moto et de moi-même, reste encore à venir. »

A souligner : le 120ème départ en GP de Kenny Roberts et le week-end catastrophique de l'équipe Kawasaki, accablée par les problèmes mécaniques (quatre casses moteur).

GP d'Italie – 4-6 juin
Gibernau entame le week-end sur la lancée de ses deux victoires et domine la première journée. Rossi tente bien de répliquer le lendemain, mais l'Espagnol tient tête aux italiens, sur leurs terres, et garde le dernier mot. La pole lui revient, devant Hayden et Rossi.
Les deux leaders du championnat se livrent un duel sans merci, en course, pour la victoire. Mais, à cinq tours de l'arrivée, la pluie fait son apparition et provoque l'interruption de l'épreuve. Un nouveau départ est donné, pour seulement six boucles. Le sprint final permet à Abe, Xaus et Bayliss de se mettre en évidence mais, au final, le grand vainqueur est Valentino Rossi. Gibernau et Biaggi complètent le podium.

Les mots du vainqueur : « Gagner devant tout ces spectateurs est incroyable. Il est difficile d'expliquer ce que j'ai ressenti quand j'ai entendu le public m'encourager, dans les derniers tours. Je dois tous les remercier. C'est comme si j'avais gagné deux fois aujourd'hui.

es quatre premiers GP de la saison ont été disputés. Sete Gibernau fait la course en tête depuis le GP d'Espagne et se présente à Barcelona avec dix points d'avance sur Valentino Rossi. Max Biaggi est en embuscade, au troisième rang, à quatre points du champion du monde.



GP de Catalunya – 11-13 juin
A domicile, Gibernau prend les commandes des opérations dès les premiers essais libres. Survolté, l'Espagnol s'assure aisément la pole position, avec près de quatre dixièmes de seconde d'avance sur Rossi. Hayden complète la première ligne.
La course tourne à un duel entre Gibernau et Rossi. Seuls au monde, les deux hommes enflamment le public et, à deux tours de l'arrivée, l'Italien et sa Yamaha prennent l'avantage et creusent un écart décisif, privant ainsi Sete d'un succès sur ses terres. Marco Melandri offre à l'équipe Tech3 Yamaha son premier podium de la saison.

Les mots du vainqueur : « Avoir déjà remporté trois courses, à ce stade du championnat, est fantastique. Je suis vraiment content de voir les autres M1 également au premier plan. »

A souligner : la présence de trois Yamaha dans les quatre premiers et la brillante septième place de Shinya Nakano, une semaine tout juste après être sorti indemne d'une chute à plus de 300km/h, au Mugello. « La semaine dernière, j'ai chuté au Mugello, et j'ai bien crû mourir. Et aujourd'hui je décroche mon meilleur résultat de la saison ! C'est la course, et c'est ce qui fait que j'aime autant ça », explique le Japonais après l'arrivée.

GP des Pays-Bas – 24-26 juin
La pluie attend le peloton dans la cathédrale de la compétition motocycliste. Les Espagnols sont à la fête, vendredi, Carlos Checa et Sete Gibernau dominant les deux séances du jour.
Derrière le pilote Telefonica Movistar, meilleur temps de la journée, la grille provisoire offre un profil peu habituel avec les troisième et quatrième temps des rookies Rubén Xaus et Michel Fabrizio. Samedi, Kenny Roberts fait la loi sur une piste mouillée, avant de rentrer dans le rang en qualification. Le retour du soleil fait les affaires de Rossi. L'Italien renoue avec la pole position et devance son équipier Checa. Gibernau est troisième.




Le podium d'Assen
Dimanche, la Yamaha de Checa ne peut se maintenir au-niveau des deux hommes forts du championnat et les laisse s'expliquer. Rossi se cale dans le sillage de Gibernau, attendant patiemment son heure. Celle-ci sonne dans le tout dernier tour de course et, après une virile passe d'armes (le garde-boue avant de la Honda n'y résiste pas), Rossi s'impose. Pour la deuxième fois consécutive, Melandri monte sur la troisième marche du podium.
Au championnat, Valentino revient à égalité de points avec Sete. Chez les constructeurs, Yamaha prend l'avantage.

Les mots du vainqueur : Ce fut une course fantastique pour tout le monde. Je pense que Sete doit être contrarié, mais ce fut une grande course entre nous. »

A souligner : le premier succès d'une Yamaha à Assen depuis 2001.

GP de Rio – 02-04 juillet
Rossi impose sa loi lors des premiers essais libres mais doit bien vite s'incliner devant les pilotes Honda. Gibernau signe la pole provisoire et emmène dans son sillage Tamada et Barros.



Le Japonais du trio, équipé de pneus Bridgestone, confirme son aisance sur le tracé de Jacarepagua en dominant les essais libres du samedi. La dernière qualification voit Kenny Roberts et sa Suzuki mener la danse et s'emparer de la pole position, la deuxième en catégorie reine du manufacturier Bridgestone. Biaggi et Hayden suivent, repoussant les leaders du championnat sur les deuxième et troisième lignes.
En course, Roberts puis Biaggi imposent un rythme élevé. Obligés d'attaquer et de flirter avec la limite, Gibernau et Rossi partent à la faute. Leurs adversaires ont la voie libre. Roberts baisse progressivement de pied et laisse Biaggi seul leader. Le Romain est poursuivi par le pilote Repsol Nicky Hayden et son équipier Makoto Tamada. Ce dernier vient coiffer les deux hommes dans les derniers tours de course et s'offre sa toute première victoire en MotoGP. C'est également le premier succès pour Bridgestone.

Les mots du vainqueur : « Une course parfaite. Les réglages de la moto et les pneus n'auraient pu être meilleurs. L'équipe a fait un travail formidable et j'ai fait le reste. J'aimerais dédier ma victoire à chacun d'eux ainsi qu'à mon grand ami Daijiro. Je pense que c'est le meilleur hommage que je pouvais lui rendre. Il me manque. »

A souligner : le doublé de l'équipe Camel Honda et la première chute de Valentino Rossi depuis le GP d'Italie 2001

GP d'Allemagne – 16-18 juillet : le cap de la mi-saison
Bien décidé à oublier le Brésil, Rossi ouvre les hostilités dès vendredi matin. La réponse de Gibernau ne tarde pas et l'Espagnol boucle la journée avec le pole provisoire.



Samedi, Biaggi joue son rôle d'arbitre et met les deux rivaux d'accord. Max est l'homme du jour, la pole est pour lui. Rossi est à ses côtés en première ligne, alors que Gibernau doit se contenter de la deuxième ligne, repoussé au quatrième rang par Roberts.
Biaggi, lassé de jouer les seconds rôles, se montre intraitable en course. Il résiste aux attaques du champion du monde et au retour des pilotes Repsol pour franchir la ligne d'arrivée en tête et enfin renouer avec la victoire. Il précède Barros et Hayden sous le drapeau à damier. Ce succès permet à l'Italien de prendre la deuxième place du championnat, entre Rossi et Gibernau. L'Espagnol, parti à la faute pour la deuxième fois consécutive, est le grand perdant du week-end.

Les mots du vainqueur : « C'est une victoire incroyablement importante et je veux la dédier à une personne avec qui j'ai travaillé un an et demi, Antonio Cobas. Cela faisait longtemps que je voulais le faire mais je n'en avais pas encore eu l'opportunité. Il fallait que ce soit un triomphe. »


e championnat bascule dans sa deuxième partie et il est bien difficile de dire qui en sortira vainqueur. Valentino Rossi est aux commandes mais la compétition est des plus serrées. Le tenant du titre ne compte qu'un point d'avance sur Max Biaggi, et treize sur Sete Gibernau.

GP de Grande-Bretagne – 23-25 juillet
La première séance d'essais du week-end est réglée par Valentino Rossi, mais ce sont ensuite les pilotes Repsol Honda qui prennent les choses en main – pole provisoire pour Hayden et deuxième libre pour Barros. Mais Rossi n'est jamais très loin des deux hommes et remet les pendules à l'heure en qualification. La Yamaha #46 est en pole, devant un Gibernau en regain de confiance et la Ducati de Loris Capirossi.




La course est dominée de la tête et des épaules par le poleman, quasiment chez lui à Donington. Intouchable, Rossi épingle un cinquième GP à son palmarès de la saison et efface la déception de l'année précédente (il avait été privé de la victoire pour avoir doublé sous drapeaux jaunes). Le duo Telefonica Movistar Honda monte sur les deux autres marches du podium, Colin Edwards devançant son équipier Gibernau sur la ligne d'arrivée. Hayden prend la quatrième place, tandis que Biaggi, en proie à des soucis mécaniques doit se contenter du douzième rang. Le Romain perd de précieux points dans la course au titre, Gibernau le rejoint à la deuxième place.

Les mots du vainqueur : « C'est une belle victoire, dans une course importante. Je suis content parce que j'ai pris un petit avantage au championnat et, sur certains des prochains circuits, nous n'aurons pas l'avantage. C'est bien d'avoir ces points d'avance. Je vais mieux dormir pendant la pause. »

A souligner : le forfait de Marco Melandri et le tout premier podium MotoGP de Colin Edwards.

GP de République Tchèque – 20-22 août
Trois semaines de vacances ont permis à chacun de recharger ses batteries. Le championnat peut reprendre de plus belle. La rentrée estivale se passe sous la pluie, ce qui permet à l'Américain John Hopkins de se mettre en évidence en signant le meilleur temps des premiers essais libres. L'expérimenté Carlos Checa tire les marrons du feu, dans l'après-midi, pour décrocher la pole provisoire devant Bayliss et Gibernau. Samedi, sur piste sèche, Hopkins récidive en essais. Le retour de la pluie sourit à Gibernau qui signe la pole devant Barros et Rossi.




Parti le couteau entre les dents, Sete s'envole en tête mais voit rapidement le leader du championnat revenir sur ses talons. Barros, Biaggi et Hayden recollent à leur tour, laissant augurer d'un final haletant. La bagarre fait rage entre les cinq pilotes et le premier à céder est le vétéran brésilien, parti dans les graviers. Son équipier est le deuxième à flancher, à quatre tours de l'arrivée. La victoire se jouera donc entre les trois leaders du championnat. Gibernau a l'avantage à l'entame de la dernière boucle et parvient à le garder jusqu'au bout. En délicatesse avec sa machine, Rossi assure la deuxième place devant Biaggi.

Les mots du vainqueur : « Ce fut une course incroyable, amusante mais très difficile. Si c'est l'image qu'elle a donné de l'extérieur, imaginez un peu ce que ç'a été pour nous ! »

A souligner : les chutes de Shane Byrne et Kurtis Roberts en essais libres. Les deux rookies déclarent forfait pour la course.

GP du Portugal – 03-05 septembre
Escale sur le circuit le plus lent du calendrier. Barros joue les premiers rôles, vendredi, en dominant les essais et animant la qualification. Rossi et Gibernau le coiffent sur le poteau mais il reprend la main le samedi matin, sur une piste humide.



L'après-midi, le trublion Tamada s'invite à la fête et souffle la pole aux têtes d'affiche Rossi et Gibernau.
Loris Capirossi réalise le holeshot mais doit bien vite rendre les commandes de la course au champion du monde. L'Italien tente de lâcher ses poursuivants, emmenés par l'homme de la pole Makoto Tamada. Biaggi, lui, se retrouve hors course dès les premiers virages, suite à un contact avec la Ducati de Capirossi. Tandis que Tamada met la pression sur Rossi pour la gagne, Gibernau vient menacer Barros pour la troisième marche du podium. Les deux chasseurs échouent dans leur quête. Rossi gagne devant Tamada et Barros.

Les mots du vainqueur : « C'était une course super importante pour nous. »

A souligner :le 100ème départ en GP de Loris Capirossi, la lourde chute en course de Marco ‘Spiderman' Melandri et l'absence à Estoril de Nicky Hayden, Kurtis Roberts et Shane Byrne. Le Britannique est remplacé chez Aprilia par Michel Fabrizio.

GP du Japon – 17-19 septembre
Le paddock entame, à Motegi, sa tournée extra-européenne. Sur ces terres, Honda se fait dominer par Yamaha, puis Suzuki, au cours de la première journée. Les coupables sont Checa et Hopkins.




Incapable d'améliorer son chrono au moment décisif, le jeune Américain doit céder devant les attaques du Japonais Makoto Tamada, décidé à briller devant les siens, et lui abandonner la pole position. Hopkins et Rossi se qualifient sur la première ligne.
Le départ de la course est marqué par un accrochage entre le pilote Suzuki et le pilote Ducati Capirossi. Les deux hommes entraînent dans leur chute Biaggi, Roberts, Hayden et Edwards. Rossi mène devant Tamada, Melandri et Nakano. Un bras de fer s'engage entre les deux leaders, les autres pilotes ne peuvent suivre le rythme. Le Japonais finit par prendre l'avantage et se dirige vers sa deuxième victoire de la saison, la deuxième de sa carrière. Rossi prend la deuxième place devant le brillant pilote Kawasaki Shinya Nakano. Gibernau, seulement sixième, cède encore du terrain au championnat.

Les mots du vainqueur : « J'avais tous les atouts pour l'emporter. Une fois devant Rossi, j'ai imprimé mon propre rythme jusqu'au bout. Merci à tout le monde, cette victoire est très importante pour moi »

A souligner : Une victoire 100% japonaise (moto-pneus-pilote) ; la présence d'Olivier Jacque, invité à disputer l'épreuve au guidon d'une Moriwaki ; le premier podium pour Kawasaki depuis 1981 et le premier point de Youichi Ui en MotoGP, pour son premier GP dans la catégorie.


a fin approche et le rythme s'accélère, avec quatre courses en cinq semaines. Valentino Rossi a pris un certain avantage mais tout peut encore arriver. Et Sete Gibernau est bien décidé à se battre jusqu'au bout et à maintenir le suspense jusqu'au dernier GP de la saison, disputé sur le circuit espagnol de Valencia.

GP du Qatar – 30 septembre-2 octobre
Le championnat du monde MotoGP met, pour la première fois, les pieds au Qatar et au Moyen-Orient. Au cœur du désert, les pilotes découvrent le tout nouveau circuit de Losail, sorti du sable en douze mois.



Dans une chaleur étouffante, les anciens pilotes de Superbike sont à l'honneur. Colin Edwards et l'Espagnol Rubén Xaus dominent la première journée, le pilote d'Antin s'offrant la pole provisoire. Le ‘show' texan reprend le samedi, en essais libres. Place ensuite à Carlos Checa. Auteur de la pole position, l'Espagnol fait entrer Yamaha dans l'histoire. Barros et Gibernau signent les deuxième et troisième chronos.
Coup de tonnerre dimanche matin, les pilotes #46 et #3 sont rétrogradés en dernière ligne pour avoir tenté de nettoyer leurs emplacements sur la grille. Un vent de polémique souffle sur Losail et la guerre est déclarée. A l'extinction des feux, Gibernau s'installe aux commandes de la course et imprime son rythme. Rossi, passablement agacé d'avoir été pénalisé, réalise un départ ‘canon' et pointe au sixième rang après seulement quelques tours. Mais l'Italien en veut trop et part à la faute. Gibernau ne manque pas l'occasion de relancer le championnat et emporte le tout premier GP du Qatar, devant son équipier Colin Edwards. Rubén Xaus monte sur la troisième marche du podium.

Les mots du vainqueur : « Je suis content d'avoir marqué 25 points et d'avoir réalisé une grande course... mais je ne veux pas m'emballer. Nous sommes de retour à notre meilleur niveau et c'est ce qui importe. L'écart a été réduit mais j'aborde la prochaine manche, en Malaisie, comme une simple course de plus. »

A souligner :l'annonce du départ de Garry Taylor, manager de l'équipe Suzuki, à la fin de la saison.

GP de Malaisie – 8-10 octobre
Température glaciale entre Rossi et Gibernau. Le climat tropical de Sepang ne peut rien pour réchauffer l'atmosphère, l'Italien n'a pas digéré les évènements du Qatar.



Le duel entre les deux hommes s'engage dès les premiers essais libres. Alex Barros se pose en arbitre et signe le meilleur temps. Dans l'après-midi, le scénario se répète avec, cette fois, Makoto Tamada dans le rôle de troisième homme. La pole provisoire est pour lui. Samedi, Valentino Rossi reprend les choses en mains. Il domine les libres et la qualification. Barros et Nakano se placent sur la première ligne, Gibernau est repoussé en quatrième position.
Toujours vexé d'avoir été pénalisé au Qatar, Rossi prend sa revanche à Sepang en gagnant son septième GP de la saison. L'affaire a été rondement menée par le pilote Yamaha, jamais menacé par ses adversaires. Max Biaggi et Alex Barros l'accompagnent sur le podium. Côté Gibernau, c'est la faillite. Septième, l'Espagnol voit s'envoler une partie de ses espoirs.

Les mots du vainqueur : « Ce fut une course brillante. Il était très important pour moi de faire un bon résultat, ici, surtout après le Qatar. Nous étions très motivés, pas seulement moi, mais aussi tous les mécaniciens. »

A souligner :Garry McCoy remplace Shane Byrne chez Aprilia pour les derniers GP de la saison.

GP d'Australie – 15-17 octobre
Première chance de sacre pour Valentino Rossi. S'il veut retarder l'échéance, Gibernau doit lui reprendre plus de cinq points. Le champion du monde est décidé à en terminer et annonce la couleur dès vendredi en s'emparant de la pole provisoire. Mais son rival espagnol ne l'entend pas de cette oreille et claque un chrono suffisant pour s'assurer la pole position. Loris Capirossi vient compléter la première ligne.



Côte à côte sur la grille de départ, les deux prétendants au titre se détachent rapidement et se livrent une bataille sans merci. Gibernau force le rythme pour décrocher Rossi et le pousser à la faute, en vain. Même deuxième, l'Italien est assuré de la couronne. Mais il n'est pas question pour lui d'abandonner la victoire à son nouvel ennemi. Il le double dans les derniers virages et signe un nouveau succès, synonyme de nouveau titre mondial. Fin de la partie, Sete est vaincu. Loris Capirossi prend la troisième place, offrant ainsi à la Desmosedici GP4 son premier podium de la saison.

Les mots du champion du monde MotoGP 2004 : « C'est une manière fantastique de boucler un championnat fantastique. Ce circuit est magnifique et, aujourd'hui, la bagarre a été âpre jusque dans le dernier tour. Dans certaines portions, j'étais plus rapide que Gibernau et, dans d'autres, plus lent. Mais j'avais confiance en la moto. Je n'ai pas pris un super départ, mais je voulais rester avec Sete. J'ai réussi à le passer en début de course, mais il est revenu et nous avons dû nous battre jusqu'au bout. Je veux remercier tout le monde, Yamaha et toute mon équipe, pour avoir travaillé aussi dur. C'était fantastique, merci. Je pense que ce championnat est le plus beau de tous ceux que j'ai gagnés. »

A souligner : le premier titre d'un pilote Yamaha depuis 1992 ; la signature de Colin Edwards pour l'équipe Gauloises Fortuna Yamaha ; Troy Bayliss annonce son départ de Ducati à la fin de la saison.

GP de Valencia – 29-31 octobre
Les jeux sont faits mais la victoire à Valencia reste très convoitée. Gibernau veut s'imposer devant son public et conclure la saison en beauté. Rossi est déterminé à l'en priver et à accrocher un neuvième succès à son tableau de chasse.


La première séance libre assiste au retour tonitruant de Kenny Roberts, absent depuis Motegi. La prestation du pilote Suzuki est de courte durée, il déclare forfait avant une première qualif emballée par Sete Gibernau. Nicky Hayden retrouve les sommets aux essais libres du samedi, pour s'effacer dans la course au chrono de l'après-midi. La dernière pole position de la saison est décrochée par Makoto Tamada, devant Max Biaggi et Valentino Rossi.
Le Japonais imprime le rythme jusqu'au cap de la mi-course, moment où il cède aux attaques du champion du monde. Installé en tête, le ‘Docteur' s'envole vers une dernière victoire. Pénalisé en début du course par une manœuvre hasardeuse de Gibernau, Biaggi mène la chasse mais ne peut rejoindre le leader. Il monte sur la deuxième marche du podium, l'Australien Troy Bayliss sur la troisième.

Les mots du vainqueur : « Gagner neuf courses a été incroyable pour tout le monde, et nous avons emporté le championnat des équipes. Ce n'est pas si mal ! Nous avons eu une fin de saison parfaite, avec trois victoires consécutives. Ce fut plus difficile, aujourd'hui, qu'à Sepang et Phillip Island. J'ai glissé au départ et j'ai perdu du temps, mais j'ai pu remonter en deux ou trois tours. C'est incroyable de gagner ici, devant ce public. Cette année a été vraiment inoubliable pour moi, mes mécaniciens et Yamaha. »


« There are other international championships, 125, 250, Superbike, Supersports, but if you want to be THE world champion,
this is the one you have to win : 500cc MotoGP,
the fastest man, on the fastest bikes in the world ! »

  Envoyer un message via MSN à FracK  
Réponse avec citation
Re : Résumé de la saison 2004
Vieux
  (#2)
Thunderace59
Tente sa chance en GP
 
Avatar de Thunderace59
 
Déconnecté
Messages: 1 322
Date d'inscription: October 2006
Localisation: Wervik (Belgique)
Par défaut Re : Résumé de la saison 2004 - 09/11/2006, 02h19

j'espère que tu as fait un copier coller?

si non


Comme disais l'ancien :
"Mieux vaut se taire et laisser croire que l'on est idiot, que d'ouvrir la bouche et le prouver !!"
  Envoyer un message via MSN à Thunderace59  
Réponse avec citation
Réponse

Précédent   Forum GPmoto > Grand-Prix Moto > Historiques > Grand-Prix 2004


Outils de la discussion Rechercher
Rechercher:

Recherche avancée
Modes d'affichage

Règles de messages
Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non

Navigation rapide

Discussions similaires
Discussion Auteur Forum Réponses Dernier message
La saison 2006 sur les starting-blocks ! philaix Discussions, réactions - SBK 3 21/02/2006 21h43
Robot Google FracK La buvette 9 12/12/2004 18h50
Calendrier 2004 Kaiser Grand-Prix 2004 0 04/03/2004 11h00



Powered by vBulletin® Version 3.8.11
Copyright ©2000 - 2021, Jelsoft Enterprises Ltd.
Version française #23 par l'association vBulletin francophone
vBulletin Skin developed by: vBStyles.com
© Forum GPmoto